Présentation Vis à Vis

visavis.jpgVis-à-vis est un ensemble de bibliographies commentées qui recensent les ouvrages français porteurs d’une image de l’Allemagne et les ouvrages allemands porteurs d’une image de la France. Vis-à-vis documente les regards croisés au sein du binôme franco-allemand. La documentation comprend cinq sections : fictions, témoignages, essais, ouvrages documentaires et films. À ces cinq sections s’ajoute une bibliographie des travaux critiques et théoriques sur l’imagologie franco-allemande et l’imagologie en général.

Chaque section elle-même contient deux répertoires : celui des images françaises de l’Allemagne et celui des images allemandes de la France.

À terme, chaque entrée de la bibliographie doit permettre d’appeler une notice proposant un résumé de l’ouvrage et une analyse de sa teneur imagologique. Vis-à-vis est une banque de données coopérative et évolutive : chercheurs, doctorants, étudiants contribuent à l’enrichir. Les éditeurs des cinq rubriques reçoivent ou sollicitent des notices, en assurent la rédaction, la validation scientifique et la mise en ligne.

La documentation obéit à une symétrie de principe – ce que reflète le choix de rendre le site accessible en français et en allemand. Mais cette symétrie de principe ne signifie pas que les « regards » sont identiques. Elle a au contraire pour vocation de faire apparaître les décalages et les malentendus dans la perception mutuelle.

Vis-à-vis recense des « images de l’autre », des hétéro-images. Mais ces images de l’autre ne peuvent se concevoir sans les auto-images correspondantes : l’image de soi se crée souvent en réaction à un « autre », réel ou imaginaire. À cet égard, le binôme franco-allemand est exemplaire : la référence à l’« être » ou à au « modèle » de l’autre est monnaie courante à toutes les époques et dans tous les domaines : politique, économique, pédagogique. Des Betrachtungen eines Unpolitischen de Thomas Mann (1918) aux discours néo-républicains français des années 1990 et 2000, l’altérité de l’autre a toujours servi de moyen contrastif, parfois de repoussoir à la définition d’une identité propre. L’actualité européenne des années 2010 en a à nouveau fourni beaucoup d’exemples. L’analyse imagologique cherche à mettre en évidence le rôle des regards croisés dans la construction des identités nationales.

Vis-à-vis recense en priorité des publications récentes pour suivre au plus près l’évolution de la perception réciproque. Mais la documentation a aussi vocation à remonter dans le temps et à fournir des matériaux à des analyses historiques.

« L’autre pays » s’entend dans un sens très large : pour le pôle « allemand », il s’agit des pays germaniques (die deutschen Lande), c’est-à-dire tous les pays et lieux de langue ou d’histoire allemande. Pour le pôle « français », il s’agit de la France et, le cas échéant, des pays francophones.

Le choix de l’écrit et du film comme support des représentations n’exclut bien évidemment pas qu’ils soient mis en relation avec d’autres supports : caricature, information télévisée, petites phrases politiques. Ce choix conduit cependant à travailler sur des représentations obéissant à une temporalité relativement lente, en marge du rythme de l’actualité, mais non dépourvues rapports avec lui.

L’analyse des représentations disséminées dans les textes et les films fait appel à un pluralisme méthodologique incluant les outils et les démarches herméneutiques classiques en analyse textuelle et filmique. Les représentations étant des constructions mentales (et non des êtres naturels), le cadre épistémologique de ces analyses est radicalement constructiviste.

Enfin, les représentations sont une matière sensible, qui peut engager les convictions épistémologiques ou politiques de ceux qui les analysent. Vis-à-vis n’est pas fermé à d’éventuelles controverses. Sous la responsabilité de ses éditeurs, le site pourrait publier des prises de position ou des analyses contradictoires.