Films

La rubrique « Films et productions télévisées » réunit des notices consacrées à des productions cinématographiques et télévisées révélatrices en termes de vision de l’autre. Alternative salutaire aux images le plus souvent éphémères proposées par les bulletins d’informations ou les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, support fécond de discussions et de débats, le film, le téléfilm ou la série donnent en effet à voir et à entendre un pays, ses paysages, ses habitants ou son histoire, sur un mode plus ou moins précis et réaliste selon le genre choisi. Le médium cinématographique et télévisuel, tout comme le médium photographique, est défini par la production d’images. Il produit des images, au sens propre, matériel du terme. Mais à la différence de l’image fixe, souvent plus confidentielle et accrochée à un faible tirage dans des galeries ou des musées, le film, qu’il soit fictionnel, documentaire, expérimental, de format court, moyen ou long, est destiné à être vu simultanément par de nombreux spectateurs, fussent-ils géographiquement éloignés les uns des autres, et il peut, désormais, être (re)vu à la demande. Cette grande accessibilité du film, facilitée par la diversification récente des supports (DVD, VOD, streaming) et par des canaux de diffusion multiples au coût variable (réseau commercial, médiathèques, cinémathèques), explique que le cinéma et la télévision soient un vecteurs d’images efficace et populaire et qu’il participe grandement à la construction d’un imaginaire collectif de cultures proches ou éloignées.

Le recueil des notices permet d’ailleurs de constater des tendances fortes en ce qui concerne la localisation des films notamment : si les réalisateurs français manifestent un net tropisme berlinois, Paris se voit en revanche concurrencée, chez les réalisateurs allemands, par Marseille, et plus généralement par le Sud et le littoral. Si nous attirons l’attention sur les lieux, c’est parce que, à la différence du décor de théâtre, dont la facticité et la stylisation sont évidentes, la localisation d’un film entraîne d’emblée le spectateur dans une immersion que l’on peut rapprocher de l’expérience du voyage. La notion de regard devient alors doublement centrale. Elle est entendue ici non seulement dans son sens secondaire de perspective subjective sur les choses, mais bien dans son sens premier : le film est littéralement situé au carrefour de deux visions, celle du réalisateur et celle du spectateur, qui peuvent converger ou diverger, immédiatement ou de manière différée, à la faveur de réflexions personnelles ou de discussions ultérieures. Il n’est donc pas étonnant que le film soit fréquemment perçu comme un outil privilégié du dialogue interculturel, au point de devenir un support apprécié des enseignants, en didactique des langues notamment.

À ce stade, une précision méthodologique s’impose. Le nombre de plus en plus élevé de coproductions franco-allemandes, dont il y a par ailleurs tout lieu de se réjouir, rend plus complexe que pour les autres rubriques la ligne de partage entre films « français » et films « allemands ». Nous avons donc décidé de nous déterminer en fonction de la nationalité et/ou de la langue maternelle du réalisateur ou de la réalisatrice, conscients toutefois que l’on pourra nous objecter des cas-limites (double nationalité etc.). Les films apparaîtront, en deux groupes (France > Allemagne et Allemagne > France) par blocs chronologiques et ordre alphabétique de l’initiale de leur titre, tous genres et durées confondus, mais d’autres modalités de recherche (par réalisateur et par genre notamment) seront ensuite possibles grâce aux liens hypertexte.

Le spectre balayé par les notices proposées dans cette rubrique se veut un reflet de la diversité de la production cinématographique et télévisuelle française et allemande des XXe et XXIe siècles. De la comédie romantique pour adolescents non dépourvue de stéréotypes (Französisch für Anfänger, 2006) au film d’art et d’essai (on pense par exemple à Allemagne année 90 neuf zéro, de Jean-Luc Godard, 1991) , la « filmographie » franco-allemande que nous proposons ici pourra de même, nous l’espérons, être utile à différents publics : enseignants en quête de matériel didactisable, étudiants, chercheurs, programmateurs de festival, responsables d’acquisitions dans des médiathèques ou des centres de documentation et, po

Auteur: